LE BIEN ETRE

Harmonie du corps et de l'esprit


 



La Sophrologie peut accompagner une personne qui souffre physiquement de part la maladie, et moralement car elle entame un nouveau chemin qui fait peur, dans lequel on se sent seul, incompris malgré les mots des proches...
La peur arrive, les doutes, le stress sont des sentiments qui ne la quitte plus.....

La maladie attaque, les sentiments attaquent, et on se sent diminué devant tout ça.

Alors que les thérapies classiques agissent en général sur la maladie, la sophrologie trouve elle, son efficacité en agissant sur les émotions négatives et le stress.

La sophrologie est complémentaire aux soins, à la médecine (ergothérapie, psy, kiné…). Il s’agit d’accompagner la personne dans sa globalité.
 


 

Le malade est avant tout une personne, un être vivant. On cherche à lui apporter  du confort.



 

Comprendre
Une personne est anxieuse lorsqu’elle est proche de la mort. Le malade a peur de la douleur, de l’inconnu, il est dans une profonde angoisse. Il a peur pour ses proches qui sont désemparés, il a peur de mourir. Le malade est démuni, impuissant, il culpabilise, la tristesse est omniprésente, il est ennuyé, abattu, épuisé.
Difficile d'imaginer que la relation (conjugale, amicale, affective…) ne bascule pas quand l'un des deux tombe malade.
Lorsqu’un malade n’a aucune croyance, c’est souvent plus difficile. Chacun a sa propre image de l’éternité, image de la vie après la mort…

 

Echanger
Il faut alors être à l’écoute, essayer de savoir si la personne connaît la vérité sur son état. Les priorités dans les services de soins palliatifs sont de discuter, d’échanger, d’aider.
Lors d’une séance de sophrologie le positif du passé peut aider mais il faut faire attention, c’est au malade de proposer de  « travailler »  sur sa vie.
Il y a parfois une pauvreté au niveau des échanges face à sa mort et ses visiteurs.

Lors des séances de sophrologie, la présence d’un proche est envisageable. La présence d’un être cher si possible peut être importante. Respirer, parler de ce qu’il a aimé, évoquer des images agréables, sublimer avec des mots simples.

« La vie est agréable, la mort est paisible, c’est la transition qui est désagréable » Isaac Asimov.

 

Mon rôle est d'accompagner la personne
- Dans sa douleur (la diminuer au maximum)
- Agir sur la détente physique de tout son corps , le mettre au repos, agir sur les muscles....la détente physique accompagne la détente de l'esprit...
- D'accompagner son esprit à l'acceptation de la mort, de partir léger avec elle-même, avec ces proches.... de partir libre , sans aucun poids dans son coeur et dans son esprit...
- Avec ces proches... renouer le dialogue. Aider à retrouver la communication qui permettra de libérer les proches et la personne malade....
- Dans les massages parfois, très doux, relaxant pour détendre et retrouver un corps qui ne souffre plus....
- Des séances de relaxation, de respiration, de visualisation...avec lesquelles on aborde tous les domaines nécessaires pour avancer sans crainte, paisible et en douceur...

Comment :
Au rythme de la personne, 30mn à 1h00 suivant sa fatigue...
1 à 2 fois par semaine..
Dans sa chambre (d'hôpital ou de son domicile)
Seul avec la personne au début et suivant la demande, avec les proches au fur et à mesure...
Dans tous les cas, c'est toujours personnalisé, adapté....


 

La sophrologie se fait en douceur, accompagne délicatement la personne dans son dernier chemin et suivant les croyances, l'aide à poursuivre un nouveau chemin...



 

 

 






 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site