LE BIEN ETRE

Harmonie du corps et de l'esprit



Faire une recherche :  

22/6/17

La sophrologie pour gérer la frustration au travail

L’insatisfaction et le manque de reconnaissance au travail sont à l’origine du sentiment de frustration chez les salariés. Si elle est bien souvent le résultat de problèmes managériaux, cette émotion désagréable peut néanmoins être désamorcée grâce à quelques réflexes simples.

Selon une récente étude*, plus de la moitié des cadres estiment que leur entreprise ne permet pas de libérer le potentiel des salariés. Une source de frustration qui à long terme peut engendrer chez les employés du découragement, de la démotivation et un sentiment de mal-être au travail. Parmi les motifs de frustration, les salariés pointent du doigt la hiérarchie jugée trop verticale et l’incapacité de l’entreprise à permettre leur épanouissement personnel. Les salariés souhaiteraient également avoir recours plus souvent au télétravail.

Pourquoi ressentons-nous de la frustration ?

La frustration est un état d’insatisfaction. Lorsqu’un désir n’est pas comblé ou qu’il existe un décalage entre les attentes et la réalité perçue, un sentiment de profonde déception s’installe. Il s’accompagne bien souvent de colère, ce qui crée une tension intérieure très désagréable pour celui qui en souffre.

Au travail, ce sentiment peut apparaître lorsque le salarié estime ne pas percevoir de rémunération à la hauteur de son engagement, ou lorsqu’il n’évolue pas dans sa carrière comme il le désirerait. Mais il peut également naître d’un manque de reconnaissance par la hiérarchie, où lorsque le collaborateur ne trouve plus de sens dans ce qu’il fait.

La frustration source de mal-être au travail

Le salarié qui ne parvient pas à gérer sa frustration va avoir tendance à être plus facilement agacé et réactif face à des situations qu’il ne tolère pas. Le risque en laissant la frustration s’installer, c’est d’entretenir une ambiance négative autour de soi. Des conflits entre les collaborateurs ou avec la hiérarchie peuvent naître et donner lieu à des conséquences sociales dramatiques pour le salarié.

En mobilisant son attention et son énergie, ce sentiment risque également de faire baisser les performances du salarié pourtant en quête de reconnaissance. L’estime de soi peut alors être menacée et conduire le salarié dans un mal-être profond.

Comment gérer sa frustration au travail ?

Les émotions sont de véritables alertes intérieures. Ici, la frustration indique l’impossibilité d’accéder à quelque chose d’attendu. Il peut être judicieux de mesurer son niveau de frustration pour comprendre ce qu’il se joue réellement. Essayez de percevoir si votre émotion se rapproche plutôt de la déception ou de la colère et l’impact qu’elle peut avoir dans votre corps : baisse d’énergie ou au contraire accélération du rythme cardiaque couplée à l’envie de vous révolter.

Cette étape vous permettra de mettre à plat une partie des informations transmises par l’émotion. Puis revenez à votre objectif initial. Quel était-il ? Sous quelle échéance ? Quels sont les éléments qui vous permettent de l’atteindre.

Sortir ces éléments du cadre purement émotionnel sera à votre avantage pour vous entretenir avec votre hiérarchie.

De la frustration vers l’acceptation

La frustration peut soit mener à l’acceptation, soit devenir une véritable impasse. Accepter ne veut pas dire se résigner. Cela peut être l’occasion de se remobiliser pour définir un objectif plus en accord avec les attentes de sa hiérarchie. Essayez de faire ce choix en conscience. « Est-ce que je choisis d’accepter ou de lutter contre cette idée. Et quels sont dans ce cas mes ressources ? »

La sophrologie va vous permettre de rendre les idées plus claire, évacuer les émotions gênantes. Faire le ménage dans cette tête qui bouillonne. Ainsi, en reprenant son calme, ses idées et saura ce que l'on doit faire. Et ainsi, on prendra les bonnes décisions, les bonnes attitudes, les bonnes résolutions pour avancées et se retrouver...

De ce fait, la situation professionnelle peut être mieux gérée et acceptée !


 


 

 
23/4/17

Burn out parental, l’intérêt de la sophrologie

Le burn-out parental est un phénomène de plus en plus présent, dont les intéressés  n'osent pas parler, de peur d'être étiquetés comme “mauvais parents”. La sophrologie peut permettre de sortir de cette situation infernale.

Le burn out parental se caractérise par un sentiment d'épuisement physique et psychique de la part de la mère et du père, souvent causé par de multiples facteurs. Les parents n'arrivent plus à faire face au quotidien, et se sentent dépassés par leur (s) enfant (s).

Ce burn out parental peut survenir n'importe quand :

  • lorsque l'enfant est en primaire ou au collège,
  • il n'est pas rare de le voir apparaître alors que l'enfant est encore jeune, deux ou trois ans, qu'il ne dort toujours pas la nuit, qu'il est extrêmement agité dans la journée, et qu'il contre l'autorité quotidiennement.

Percevant son enfant comme un véritable petit tyran, la mère ou le père peut passer de l'amour à la haine en quelques secondes, le gifler ou lui hurler dessus. Il peut également ne plus  s'intéresser à lui et ne plus prendre plaisir à partager des activités ensemble.

Identifier le problème, c'est le résoudre en partie

Lorsque le parent reconnaît qu'il est dépassé par les événements  et qu'il est en burn out parental, la moitié du chemin est déjà fait. Il accepte alors de parler de ses difficultés et se met en quête de solutions.

La sophrologie est parfois une première étape pour ces parents qui vont chercher de l'aide. Ils ne veulent plus se laisser emporter par leurs émotions, et cherchent à prendre du recul par rapport au sentiment de perfection qu'ils souhaitent souvent pour leur (s) enfant (s).

La sophrologie va leur apprendre à gérer leurs émotions, à lâcher prise mais elle va aussi leur permettre de retrouver de l'énergie et de développer une meilleure image d'eux-mêmes.

En restaurant la confiance en soi des parents, la sophrologie aide également à structurer les enfants. En effet, les parents sont alors capables de poser un cadre  et de le faire respecter par leurs enfants qui peuvent, dans ces conditions, s'épanouir en toute sécurité.

Une amélioration est ressentie dès les premières séances. Selon le niveau de stress, les tensions sont apaisées et un retour au calme se  fait sentir. Circonscrits au début aux quelques heures qui suivent la séance de sophrologie, les effets bénéfiques perdurent ensuite très rapidement quelques jours.

Des consultations individuelles

Elle donne au père ou à la mère un temps pour soi qui permet alors une reconstruction personnelle, essentielle pour l'harmonie de toute la famille.


 


 

 
17/4/17

Cultiver l’optimisme au quotidien grâce à la sophrologie

Selon une récente étude, le cerveau humain préfèrerait les probabilités positives aux négatives. Une tendance naturelle à l’optimisme qu’il est possible de booster grâce à la sophrologie.

Si l’on vous demande comment vous imaginez votre santé dans 5 ans, vous répondrez certainement qu’elle se portera plutôt bien. C’est en partie ce qu’ont expérimenté les chercheurs de l’Inserm pour mesurer le degré d’optimisme de l’être humain. Et leur conclusion est assez réjouissante : nous serions naturellement enclins à projeter l’avenir de façon positive.

Mais avouez-le, certains jours cet optimisme mériterait bien un petit coup de pouce, non ? Pour cela, rien de tel que la sophrologie.

La sophrologie pour développer la pensée positive

La sophrologie est très efficace pour entraîner le mental à se tourner vers le positif. il serait même possible de tirer profit de toutes les situations de la journée. Car la méthode requiert de techniques faciles à utiliser au quotidien comme l’autosuggestion ou les visualisations positives.

En pratique, qu’est-ce que ça donne ?

Dès le matin, lorsque vous vous étirez dans votre lit. Profitez de ces quelques inspirations pour imaginer vous remplir de vitalité et, petit à petit, mettez le corps en mouvement. Puis, en position assise, gardez quelques minutes les yeux fermés pour visualiser toutes les bonnes choses que vous réserve cette journée.

Durant le passage devant le miroir, laissez pour une fois l’autocritique de côté. Parez votre visage d’un léger sourire et choisissez de quelle façon vous avez envie de vivre cette journée : « Je souhaite être à l’écoute », « fort », « efficace », « affirmé ». Puis, essayez de voir dans votre reflet cette attitude se dessiner.

Si durant votre journée, vous être confronté à des difficultés ou à la pression, prenez le temps de vous isoler et de ressentir ce qu’il se passe en vous ; Après avoir pris une grande inspiration, placez les bras à l’horizontal, paumes des mains tournées vers vous et imaginez amener une grosse dose de calme ou d’assurance jusqu’à votre thorax. Soufflez comme pour le diffuser en vous en relâchant les bras. N’hésitez pas à renouveler l’exercice pour décupler les effets positifs.

Le soir, de retour dans votre lit, revivez les moments qui ont rendu cette journée unique et agréable. Percevez ce qu’ils vous ont fait ressentir. Et laissez tout ce positif s’ancrer dans votre corps.

Si des peurs et des angoisses persistent, n'hésitez pas à consulter un sophrologue qui vous aidera avec la visualisation à éliminer les angoisses et ne voir que le positif.
 

En plus de faire du bien à votre mental, voir la vie du bon côté empêcherait la survenue de certaines maladies comme le cancer, les pathologies cardiaques ou pulmonaires. Cette fois, vous ne trouverez plus d’excuse pour voir le verre à moitié plein !


 


 

 
12/4/17

La grossesse et la sophrologie !

On connaît la respiration pour notre grossesse accompagné par les sages femmes...Ces personnes qui accompagnent la femme enceinte pour les douleurs, l'évolution du bébé, des conseils....

Souvent, j'ai rencontré des futurs mamans angoissées : est ce que je vais arriver à gérer la douleur, les contractions??? est ce que je vais être une bonne maman? comment vais je faire au retour de la maison? Comment rester calme dans la salle de travail à l'hôpital??? et bien d'autres questions que j'entends...

C'est vrai que nous sommes très accompagné pendant notre grossesse mais dans un milieu médical et qui parfois manque un peu de zen ou d'écoute naturelle....

C'est là qu'intervient la sophrologie pour les grossesses, un côté humain plus présent et plus personnalisé...

Que va faire la sophrologie ?

La sophrologie va compléter le travail des sages femmes. Elle va soutenir la futur maman dans trois domaines :

  • Apprendre à gérer la douleur des contractions, de la poussée et écouter son corps.
  • Apprendre à gérer le stress de l'accouchement, de l'inconnu..mais également le stress de devenir maman. Se voir avec son enfant, entourer de sa famille, voir le papa avec l'enfant...Grâce à la visualisation, on donne à l'esprit des images positives qui va permettre de prendre du recul face à l'avenir et à l'accouchement.
  • Apprendre à avoir confiance en soi et en son corps !
Bien sur, les séances sont adaptés à chaque maman et leurs besoins..Mais il faut vivre sa grossesse zen, épanouie, profiter de chaque moment partager avec le papa et le bébé dans le ventre...s'écouter !

On commence les séances vers 4-5 mois de grossesse 

La sophrologie est une technique tellement douce que l'on apprend à son rythme et on vit une grossesse zen, un accouchement sans peur , en gérant sa douleur, son stress, son mari (parfois!!!) et en écoutant son corps , on vit l'accouchement plus en harmonie...

Alors, n'ayait plus peur de ce moment magique et unique, la sophrologie est là pour vous !

Vous pouvez me contactez sans soucis soit par tel ou par mail pour tout renseignement !
 


 


 

 
2/4/17

Les maux de tête et la sophrologie !

Pour les céphalées chroniques ou simplement passagères, la sophrologie peut se révéler efficace pour faire disparaître les tensions ressenties au niveau du crâne.

La méthode, en combinant des exercices de relaxation dynamiques et des visualisations, permet en effet d'atténuer et de mieux gérer els douleurs. Le stress, la pression du quotidien ou un événement traumatisant peuvent parfois être la cause de maigraines et maux de tête. 

La prise en charge par la sophrologie permettra autant de se détendre, prendre du recul et lâcher prise que d'avoir à disposition des outils pour substituer une douleur par des sensations agréables.

Nous irons ensemble chercher les causes de se mal être. Comme pour le sommeil, les maux de tête sont des symptômes du corps. Il crie au secours ! Lorsqu'on arrive à l'écouter et lui donner les bons outils, on arrive à contrôler son stress et de ce fait à diminuer ces symptômes !

Bien sûr ! Avant de faire de la sophrologie, il faut faire une visite chez son médecin pour écarter tout soucis de santé médical...

Il ne faut pas rester avec ce mal, alors que vous pouvez l'enlever !!!!

A vous de jouer !


 


 

 
28/3/17

NOUVEAUTE AU CABINET !

AVRIL 2017  : NOUVEAUTE AU CABINET

je vous propose en plus de la sophrologie, de la SOPHRO-ENERGETIQUE. Un mélange étonnant de sophrologie et d'énergie...Un apport de 2 outils en un...Lors d'une séance de sophrologie, j'apporterai à votre corps et votre esprit une pointe d'énergie pour un lâcher prise total et une pure détente.

A partir de maintenant, vous aurez le choix des armes : Sophrologie, Sophro-Energétique, Energie seule....
L'harmonie du corps et de l'esprit !

NOUVEAUTE ENCORE : des nouveaux tarifs pour un accès à tous ! Visitez la page des tarifs !!!!

A bientôt !


 


 

 
22/3/17

Agoraphobie : la sophrologie au secours de l’anxiété sociale!

Si l’agoraphobie est souvent vue par le grand public comme la peur des gens, elle est en réalité bien plus étendue : peur des situations incontrôlables, des lieux d’où il peut être difficile de s’extirper. Un véritable handicap au quotidien pour les personnes qui en souffrent. Comment la sophrologie peut aider ces personnes prisonnières de leur peur à retrouver une vie ordinaire ?

C’est un fait, 7% de la population serait affectée par l’agoraphobie, et principalement les femmes. A plus ou moins grande échelle, l’anxiété liée aux situations vues comme complexes peut entraver le quotidien de celui qui en souffre en l’amenant à éviter constamment les risques.

Ainsi des tâches habituelles comme faire les courses, prendre le métro, voir des amis ou encore partir travailler deviennent un réel parcours du combattant.

A l’origine de l’agoraphobie

Dans le cas de l’agoraphobie, certaines sources de gênes, comme la maladie inflammatoire de l’intestin ou la maladie de Parkinson, sont parfois liées à la peur de se retrouver dans de mauvaises dispositions. Mais il arrive que ni une maladie, ni un traumatisme ne prédispose l’agoraphobe à redouter ces situations. Que son origine soit connue ou non, ce trouble provoque mal-être voire dépression chez la personne qui en souffre. Alors comment la sophrologie propose d’accompagner les agoraphobes à retrouver une vie normale ?

Comprendre ce que la peur déclenche en soi

L’élément commun aux agoraphobes est la peur de perdre le contrôle. Et c’est en se projetant dans un scénario redouté, qu’une réaction en chaîne se crée : rythme cardiaque qui s’accélère, respiration haletante, transpiration, vertiges. Jusqu’à parfois provoquer une crise de panique.

Or, en sophrologie l’accent est mis sur sa capacité à moduler ce qu’il se passe d’abord en soi : canaliser ses pensées, apaiser les émotions trop intenses, estomper les ressentis corporels désagréables et même activer des sensations positives comme la sérénité, la force et la détermination.

Réapprendre à son mental à se projeter positivement

Mais la sophrologie ne s’arrête pas là. A la manière d’un entraînement mental, elle aide l’agoraphobe à concevoir l’avenir d’une façon positive et sereine. Ainsi, guidée par la voix du sophrologue, une personne qui redoute la foule s’imaginera par exemple marcher sereinement dans un parc et prêter attention aux éléments positifs qui l’entourent (chant des oiseaux, chaleur du soleil, sensation de l’herbe sous les doigts). Au fil des séances, le sophrologue travaillera les projections imaginaires jusqu’à évoquer l’environnement redouté.

En se préparant mentalement à vivre la situation de façon positive et en s’appuyant sur ses ressources personnelles, l’agoraphobe amène son cerveau à désactiver ses alertes et ses résistances. Une fois le suivi en sophrologie terminé, la personne pourra mettre en pratique la méthode et se préparer à vivre réellement la situation auparavant crainte, à son rythme.


 


 

 
Pages :12345...4142434445>>
 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site